Francine Ouellette

Francine Ouellette

ITEM 13-06-8.1 RÉCIPIENDAIRE DU PRIX LUDGER-DUVERNAY- FÉLICITATION À MME FRANCINE OUELLETTE

Les membres du conseil de la Municipalité de Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles sont heureux d’offrir leurs plus sincères félicitations à Madame Francine Ouellette, lauréate du prix littéraire Ludger-Duvernay qui lui a été remis par la Société Saint-Jean-Baptiste pour célébrer l’ensemble de son œuvre. Monsieur le conseiller Robert Asselin donne lecture et dépose à la table du conseil la nomenclature de tous les prix reçus par Mme Ouellette, soit ;

 

  • 2013 * Prix  Ludger-Duvernay pour l’ensemble de l’œuvre. Crée en 1944 par la Société Saint-Jean Baptiste, ce prix d’exception souligne les mérites d’une personne dont les compétences et le rayonnement dans le domaine littéraire servent les intérêts supérieurs de la nation.
  • 2008 * Prix  ANEL-AQPF,  pour Feu,  Fleur de Lys.
  • 2008 * Grand Prix du Conseil de la Culture des Laurentides, pour Feu,  la rivière profanée.
  • 1994 * Grand Prix des lecteurs et des lectrices du Journal de Montréal, pour  Le Grand Blanc.
  • 1993 * Signet D’Or pour le roman de l’année, pour  Au nom du Père et du Fils.
  • 1993 * Prix du Grand Public du Salon du Livre de Montréal, pour  Au nom du Père et du Fils.
  • 1990 * Prix de Citoyenne de la Nature, pour Sire Gaby du lac.
  • 1986 * Prix France-Québec/Jean Hamelin, pour Le Sorcier.

 

Note : En juillet 2008, je fus invitée à titre de conférencière au Congrès du Conseil international d’études francophones qui se tenait à l’Université de Limoges en France. L’audience était composée de professeurs universitaires d’histoire et de Littérature. Mon sujet d’alors était la Nouvelle-France. Lors du même voyage, je fus également invitée en Auvergne afin de prononcer une conférence sur les Amérindiens dans le cadre de festivités soulignant le 400ième de Québec.

 

1435-13-06-8.2  BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE- APPELLATION OFFICIELLE _ BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE FRANCINE-OUELLETTE

Il est proposé par Monsieur le conseiller Pierre-Paul Goyette et dûment appuyé par Monsieur le conseiller Robert Asselin;              

QUE la Municipalité de Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles soumette à la Commission de Toponymie du Québec le nom suivant pour la bibliothèque municipale située au 871 chemin Diotte à Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles et ce pour les raisons suivantes

FRANCINE OUELLETTE

Madame Ouellette est née à Montréal, le 11 mars 1947, d’un père Lauriermontois et d’une mère allemande.  Elle habite Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles depuis 1975.  Elle a été professeur d’arts plastiques avant de devenir pilote de brousse et se consacre maintenant à l’écriture, à plein temps.

Son premier roman, Au nom du père et du fils (1984) a connu un immense succès qui a fait de Francine Ouellette l’une des romancières les plus appréciées au Québec. Ce roman a remporté le Prix du Grand Public du Salon du livre de Montréal (1993). Le Sorcier (1985) qui est la suite de ce premier ouvrage, a mérité le prix France-Québec/Jean Hamelin.  Ces romans ont aussi fait l’objet de deux importantes téléséries.

Un troisième roman, Sire Gaby du lac(1989) a valu à la romancière de recevoir le prix de Citoyenne de la nature.

Les Ailes du destin (1992) se déroule dans l’univers des pilotes de brousse que Francine Ouellette connaît bien.  Ce roman dépeint aussi la réalité carcérale des années 1968 à 1973, au Québec, un sujet pour lequel la romancière a mené une solide recherche.

Le Grand Blanc (1993) raconte la suite de cette aventure.

Elle a aussi créé un personnage qui donné naissance à un livre intitulé Bip (2001), où fantaisie et philosophie cohabitent.

Francine Ouellette débute sa grande saga historique « Feu » avec le premier tome La rivière profanée (2004) vient ensuite L’Étranger (2005) suivi de Fleur de lys (2007)  et son plus récent, En 1837 j’avais dix-sept ans (2012).

La Municipalité de Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles subit une lourde perte lorsqu’un incendie détruit entièrement l’école primaire Notre-Dame-des-Anges en juillet  2009.  La bibliothèque municipale y était logée depuis 1997.  C’est une perte totale.  Le conseil municipal décide alors de faire appel au Ministère de la Culture afin d’obtenir aide et subvention pour construire une nouvelle bibliothèque. On lance un appel à tous pour procurer des œuvres à remettre sur ces nouvelles étagères.  Madame Ouellette, par le contact de son éditeur, a remis un don de plus de 300 volumes.  Ses faits et gestes ont toujours démontré un grand respect pour la culture amérindienne et québécoise.  Donc nous Aimélois et Aiméloises, sommes honorés de lui dédier la bibliothèque de la Municipalité de Saint-Aimé-du-Lac-des-Iles et que dorénavant celle-ci soit nommée «Bibliothèque municipale Francine Ouellette»

ADOPTÉE À L’UNANIMITÉ